Grégoire Bleu - Président d'UpCycle : "Le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas !"

Ce qui a guidé son choix d'orientation à la sortie de l'ESCP en 2003, Grégoire Bleu le résume en quelques mots : "Faire quelque chose d'utile au monde". Quatre questions à ce féru d'innovation et porteur de solutions sur l'impact des déchets dans l'environnement.

Ce qui a guidé son choix d'orientation à la sortie de l'ESCP en 2003, Grégoire Bleu le résume en quelques mots : "Faire quelque chose d'utile au monde". Amené à sillonner les continents en tant que directeur commercial d'une grande enseigne agroalimentaire de commerce équitable, il poursuit son questionnement sur l'impact des activités humaines sur l’environnement. En 2011, il conseille Cédric Péchard, un ingénieur en agro-développement qui explore des pistes d'innovation autour de l'économie. En 2014, il quitte son travail et reprend UpCycle aux côtés d’Arnaud Ulrich, qui s'intéresse aux cultures de plantes à la maison après une expérience dans une grande enseigne de bricolage. Conjuguant leurs compétences autour de leur volonté puissante de réduire l'impact des activités humaines sur l'environnement, les trois associés développent une technique pour produire des pleurotes à partir de marc de café. Et leurs pleurotes arrivent sur les plus belles tables françaises. En 2016, des clients demandent à UpCycle des solutions de valorisation au-delà du marc de café, en particulier pour les déchets de table. L’équipe embarque alors pour l'aventure du compostage, qui aboutit en 2020 à la création d’un composteur électromécanique fabriqué en France, dont Hectar vient de s’équiper.


Vous pouvez nous expliquer en quelques mots le principe de vos composteurs ?

Nos machines, les Démeterra, permettent à des non-experts de composter sur place et sans nuisance tout type de biodéchets. Elles produisent un compost de grande qualité, qui est une base formidable pour amender et fertiliser les sols.

Notre outil à compostage est une innovation low-tech et biomimétique. Un peu comme une forêt où les feuilles des arbres se transforment en sol, c'est un grand réacteur à bactéries. Il faut comprendre que toute matière qui se dégrade est « digérée » par des bactéries, puis par des champignons et divers insectes. Notre composteur permet d’accélérer le cycle de ces bactéries, on obtient ainsi un compost en 2 mois au lieu de 6 à 12 mois habituellement. On gagne ainsi de la place, on évite l’usage de camion-poubelle, et on produit son propre fertilisant.


Le composteur produit donc une ressource...

Oui c'est la double vertu du cycle du compost. Au-delà des économies sur le traitement des déchets, il fait du gestionnaire des poubelles un producteur de compost, ce qui est une activité nettement plus valorisante. Ressource pour le sol également car le compost contribue à la fertilité des sols avec une matière organique très riche, exempte de résidus. C'est une alternative très intéressante par rapport aux intrants artificiels en agriculture et en maraîchage. Donc non seulement l'utilisateur d'un composteur limite l'impact carbone de ses déchets, mais ça change le regard sur le déchet qui devient une ressource pour une autre activité. Un compost de qualité est une ressource indispensable aux projets d’agroécologie.



Quel est l'impact de cet outil dans les organisations ?

L'impact est visible à plusieurs niveaux. D'abord c'est un levier anti-gaspillage car l'attention quotidienne qu'on porte au tri des déchets invite chacun à réexaminer les flux entrants. Concrètement, dans une cuisine qui pratique le compostage, on optimise les ressources et on réduit le gâchis des matières premières de 20 à 40%. Le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas !

Ensuite le processus du compostage a un impact sur la vie locale : par exemple, dans une ville une association d’insertion locale exploite le composteur, livre du compost au sein du quartier en proposant des animations. Au cœur d’un site privé, c'est un restaurant collectif qui livre du compost à un maraîcher qui le fournit en légumes. Ces pratiques créent du lien localement. Chez UpCycle nous apportons du matériel et tous les savoir-faire nécessaires à la réalisation du projet : à charge pour les acteurs d'inventer leurs propres histoires autour de la gestion des déchets et du compost qui seront des histoires locales.


Et à l'échelle d'une ferme ?

Au-delà du besoin de compost pour leurs cultures, les fermes ont avec les composteurs électromécaniques UpCycle l’occasion de développer de nouvelles activités. Activité de restauration ou transformation à la ferme qui requièrent une valorisation des déchets produits, mais surtout activité de valorisation des biodéchets des restaurants, supermarchés ou déchets des particuliers.  

Avec la richesse des déchets organiques urbains ils ont à la fois l’occasion de développer de nouveaux revenus mais aussi d’accéder à du compost plus riche. C’est le sens de l’installation du composteur Demeterra chez Hectar : le compost sera produit à partir de déchets des acteurs privés et publics alentour, et ira directement sur les parcelles de culture. C’est un pas concret en direction de l’autonomie, vers la résilience du territoire. Toujours une histoire de cycle !



Article(s) associé(s)